Lifestyle Maternité

Le rapport que j’ai avec mon corps avant/pendant/après la grossesse

J’ai eu l’idée de cet article avant même d’accoucher.

Le rapport que j’entretenais avec mon corps avait déjà changé à partir du moment où j’ai commencé à m’arrondir avec la grossesse.

Après mon accouchement il y a maintenant plus de 9 mois, je me suis dit que ça me plairais d’écrire un article là-dessus. Ces changements qui se sont produit – tant physiquement que mentalement – depuis tout ce processus de création de la vie, et même avant.

Dans une période où l’on parle beaucoup de nos corps, du body positive et j’en passe, j’ai moi aussi envie de parler du rapport que j’entretiens maintenant avec mon corps.

un esprit sain dans un corps sain

Mon rapport avec mon corps avant la grossesse

Avant de vous parler de tout ce que la grossesse a changé, je pense qu’il faut faire un petit point sur le « avant grossesse ».

J’ai toujours été une fille bien portante, du plus loin que je me souvienne. Toujours dans la moyenne, mais disons que je mangeais bien – merci la cuisine de maman -.

Même si j’avais une alimentation très équilibrée, j’ai été en surpoids lors de ma fin d’adolescence par rapport à ma taille (je fais 1m62). Et ce, pendant plusieurs années. Je pense que c’est dû au fait que je ne bougeais pas beaucoup, que je ne faisais aucun sport, et qu’en plus de ça, j’ai une génétique qui fait que je peux prendre plusieurs kilos en très peu de temps si je relâche un peu mon alimentation.

Donc adolescente, je n’étais pas à l’aise avec mon corps, mais je n’allais pas non jusqu’au total complexe.

J’ai vu ma mère faire des régimes toute sa vie, je n’avais pas du tout envie de faire la même chose une fois adulte. Et pourtant, je ne me suis ni mise au sport ou à quoi que ce soit d’autre jusqu’à la fin du lycée.

Si je devais comparer à aujourd’hui, je dirais qu’à ce moment, j’avais un surplus de poids d’environ 12 kilos pour me sentir à l’aise et totalement libre dans mon corps. Mais vu que ce n’était pas dangereux pour ma santé, je n’ai rien changé à mon mode de vie.

J’ai commencé le sport vers mes 18/19 ans, notamment grâce à la danse que je pratiquais à raison de 2h30 par jour. Sans attendre, les effets se sont vus immédiatement et j’ai perdu plusieurs kilos en quelques mois seulement – même si ce n’était pas spécialement mon but -. Cette période est arrivée au même moment que quand j’ai commencé à habiter seule. Je préparais donc tous mes repas, et ce n’était pas glorieux !

Malgré ça, j’ai perdu du poids et quand je me suis stabilisée – et grandis -, j’ai repris une alimentation correcte et variée. De là, j’ai continué à perdre plusieurs kilos pour arriver à un total de plus de 10 kilos de perdus. Mais ce qui me choquais le plus, c’était ma taille de vêtements – je suis passée d’un 42 à un 36 en 2 ans -.

J’avais une bonne hygiène de vie, pratiquant le sport 4 fois par semaine en salle, et en continuant d’avoir une alimentation équilibrée. J’étais bien mieux dans ma tête et dans mon corps, que je voulais tonique.

Je n’ai jamais eu l’idéal du ventre plat ou du corps fin. Déjà parce que je trouve que ça ne me va pas, et parce que j’aime trop manger pour ça.

workout motivation

Pendant la grossesse

J’avais repris quelques kilos avant de tomber enceinte car j’avais arrêté le sport suite à une mutation professionnelle qui ne me laissait que très peu le temps d’en faire. La miracle morning n’étant pas ma tasse de thé à ce moment, j’ai totalement arrêté le sport pendant au moins 1 an avant de reprendre doucement puis de nouveau arrêter lorsque je suis tombée enceinte.

J’étais persuadée que j’allais faire partie de ces femmes qui prennent plus de 20 kilos pour une grossesse. Mais j’ai eu la chance – oui, je dis chance -, de ne pas avoir pris beaucoup de poids pendant ma grossesse. Non pas parce que je faisais attention à mon alimentation – les frites de McDonald étant mes meilleurs copines -, mais bien parce que j’ai été malade pendant toute la durée de mon premier trimestre de grossesse, ce qui a fait que j’ai perdu beaucoup de poids (7 kilos au total).

Autant je n’ai pas spécialement aimé cette période, autant j’adorais mon corps de grossesse. Facile à dire quand on ne prend que du ventre et 0 kilos.

Je n’ai pas eu de vergetures jusqu’au deux dernières semaines avant mon accouchement, ce qui m’allait très bien. Je ne faisais plus de sport non plus, j’étais bien trop malade, avec trop de carence et trop de travail professionnel.

Mon alimentation n’était vraiment pas clean à ce moment,  mais j’avais beaucoup de mal à m’alimenter durant la grossesse. Je mangeais donc seulement ce qui me faisait plaisir : les frites, les sodas, la viande rouge – alors que je détestais ça avant -, les milkshakes de Yogourt Factory (j’ai une grande pensée pour mes collègues avec qui je mangeais le midi qui devait impérativement manger McDo aussi ♥).

Même en m’alimentant de la sorte, je n’ai pris que 5 kilos en tout pour toute ma grossesse. J’essayais surtout à la fin, quand j’ai arrêté de travailler, de manger plus équilibré – il n’y avait plus de McDonalds à proximité surtout, ce qui réduit considérablement la tentation -.

J’étais totalement épanouie dans mon corps de femme enceinte, et je ne me suis jamais sentie aussi bien avec moi-même qu’à ce moment là.

Après la grossesse

N’ayant pas pris beaucoup de poids durant ces neufs mois, j’avais perdu l’intégralité de mon poids de grossesse dès la sortie de la maternité.

Je dois bien avouer que question poids, j’avais tout gagné. Même mon gynécologue était choqué de la ligne que j’avais gardé durant ma grossesse.

Bref, à la sortie de la maternité et dans les semaines qui ont suivi, j’avais toujours le ventre relâchéce qui est tout à fait normal -, et ça ne me dérangeait pas, car je savais très bien qu’un bébé y avait logé pendant 9 mois. En plus de ça, on m’a toujours dit qu’une maman allaitante prend plus de temps à perdre son ventre.

Mon corps a été très douloureux après l’accouchement, dû notamment à la déchirure que j’avais eu. Mais aussi dans le bassin, j’avais l’impression qu’il s’était élargi.

J’avais aussi gagné une vue directe sur mes vergetures, que je ne voyais absolument pas étant enceinte, car elle se situait sur les côtés et sur le bas de mon ventre, impossible de les voir avec mon ventre de neuf mois.

8 mois post accouchement vergetures ventre

Au début, j’étais très négative face à ces vergetures. J’ai eu beaucoup de mal à les accepter. Elles étaient violettes, énormes et surtout douloureuses. Elles collaient littéralement à mes draps quand je dormais – en plus, nous étions en pleine canicule -. J’avais l’impression de déchirer ma peau à chaque fois que je bougeais. Je continuais à mettre des huiles anti-vergetures et des crèmes plusieurs fois par jour pour atténuer la douleur.

Au fil du temps, j’ai appris à les accepter. Aujourd’hui, je n’y fais même plus attention car elles se sont très bien résorbées, même si elles sont toujours présentes. Je les sens encore sous mes doigts pour les plus grosses, mais elles ne me dérangent pas. Et de toute façon, ce n’est pas comme ci je pouvais les retirer !

L’huile qui a le mieux marché pour les atténuer, tant sur l’aspect que la couleur, c’est l’huile d’avocat. Même si ça ne sent vraiment pas bon, ça a très bien fonctionné. C’est ce que je conseille même de mettre sur le ventre pendant la grossesse. Malheureusement, je ne connaissais pas encore cette huile à ce moment.

J’ai repris doucement le sport après environ 6 mois, en commençant d’abord par du renforcement musculaire doux à la maison – la rééducation du périnée était terminé depuis plusieurs mois -. Je me suis ré-inscrite à la salle il y a peu, afin de reprendre en main mon corps.

Pour le moment, j’ai une alimentation assez bonne. J’ai plus le temps de cuisiner car j’ai changé de magasin dans lequel je travaillais pour un magasin plus calme et aux horaires moins larges. J’ai donc plus de temps pour m’occuper des repasmême si c’est mon conjoint qui cuisine 90% du temps -.

Aujourd’hui, je suis OK avec mon corps. Je n’en suis pas 100% satisfaite car je trouve que j’ai encore un peu trop de ventre, et que j’ai perdu beaucoup de muscles que j’avais acquis durement plusieurs années avant. L’aspect global tonique que j’avais me manque, mais je sais que je ne le retrouverai pas si je ne me bouge pas.

Il y a du travail mais ça me va, je l’ai déjà fait donc je sais comment faire pour que cela fonctionne même si je suis consciente que je ne pourrais pas récupérer le corps que j’avais avant de tomber enceintece qui me va totalement -.

Le rapport que j’ai avec mon corps n’a pas toujours été simple, mais j’ai conscience aujourd’hui que je l’aurais jusqu’à la fin de ma vie. Je dois donc en prendre soin et le chérir car c’est grâce à lui que j’arrive à bouger et être en santé.

Et toi, quel rapport entretiens-tu avec ton corps ?

article rapport au corps avant et après accouchement

Si tu veux en discuter plus amplement, n’hésite pas à me contacter sur Instagram ou directement dans les commentaires. 

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *