Maternité

L’allaitement, comment bien démarrer ?

Voilà plusieurs mois que j’allaite. Et même si le début n’a pas été simple car on ne va pas se mentir : ça fait mal, je suis plus qu’heureuse d’avoir continué. Durant ces mois, j’ai tout de même eu certains indispensables qui m’ont aidé, accompagné ou même soulagé la douleur parfois.

Je vais déjà commencer par te parler de mon envie d’allaiter.

d5906c76-cfbc-40c6-8ada-ce5c5ad67982

J’ai toujours eu envie d’allaiter depuis que j’ai appris être enceinte. Déjà d’un point de vue santé, car c’est le meilleur aliment que je pouvais donner à mon bébé, mais aussi car je voulais connaitre cette sensation, cette « connexion » bébé-maman dont on entend souvent parler. Et surement inconsciemment, j’ai voulu allaiter car ma mère a toujours clamé haut et fort qu’elle avait adoré allaiter ses enfants. Je voulais donc moi aussi connaitre cette expérience.

Je ne vais pas mentir, j’ai eu beaucoup de chance car j’ai un bébé qui a pris le sein dès le départ, et qui l’a en plus de ça, pris correctement et sans problèmes. J’étais sur mon petit nuage quand elle a cherché le sein la première fois, mais aussi partagée dans ce ressenti étrange de la sensation. Après quelques tétées, j’ai commencé à sentir de fortes – très fortes – douleurs aux seins. Alors je savais que ça faisait mal, mais pas à ce point. Je me souviens mettre dit après les premières 48h – et la montée de lait enfin arrivée – que je n’allaiterais pas, car ça faisait trop mal. Mais je me suis accrochée et la douleur est passée, s’atténuant petit à petit jusqu’à complètement disparaître au bout de presque 2 mois. Ça peut paraître long 2 mois, mais je ne regrette absolument pas d’avoir tenu tout ce temps.

J’ai la chance également d’avoir eu une très bonne sage-femme à l’hôpital. Le genre de femme qui est dans la profession depuis je pense au moins 25 ans, et à qui tu as donc tendance à faire confiance. Elle est venue m’aider et me conseiller sur les différentes positions pour allaiter afin de soulager un peu mes seins. J’ai vu pas mal de sage-femmes pendant mon séjour à l’hôpital, et allez savoir pourquoi, aucune d’elles ne m’avaient dit que j’avais des crevasses qui commençaient à se former et que c’est pour cela que j’avais aussi mal. Heureusement que cette dame était là, car c’est elle qui m’a donné des précieux conseils pour les soigner.

Je me suis beaucoup informée sur le sujet de l’allaitement pendant ma grossesse, mais je pensais qu’il fallait simplement attendre afin que le lait monte après l’accouchement. Hors, ne le voyant pas arriver assez rapidement à mon goût, ma belle-mère m’a donné le conseil de boire énormément d’eau – chose que je ne faisais pas du tout -. Comme par magie, j’ai eu ma montée de lait très rapidement après ça. C’est quelque chose de très simple, mais auquel on ne pense pas tout le temps. Donc si vous vous apprêtez à allaiter, armez vous d’un bon pack d’eau, vous allez en avoir besoin.

IMG_20190713_213111

Pour soulager les douleurs, et ce des les premiers jours, j’ai utilisé une crème pour mamelons sensibles. J’ai d’abord utilisé celle de chez Dodie, mais je ne l’ai pas du tout trouvé efficace. J’ai ensuite essayé celle de chez Lansinoh, et cette crème a été une révélation. J’en mettais après chaque tétée et mes douleurs ont commencé à partir après que j’ai commencé à utiliser cette crème.

Ce qui a joué aussi dans la douleur, mais surtout dans l’irritation de mes seins a été la qualité des coussinets que je portais. Là aussi, j’en ai testé plusieurs, et principalement ceux de chez Philips et Lansinoh. Encore une fois, Lansinoh remporte cette bataille haut la main. Les coussinets sont beaucoup plus doux, et sont aussi plus épais – important pour la bonne laitière que je suis -. Je n’ai jamais eu de fuites ou autre, et ils ont toujours très bien absorbé mon surplus de lait.

Je ne suis pas sûre de devoir rappeler qu’il faut se munir de vêtements d’allaitement ou de vêtements simple à soulever pour faciliter l’allaitement. Je n’ai pas acheté de vêtements conçus exprès pour ça. Je ne portais que des robes cache-cœur ou des débardeurs simples, ce qui était ultra pratique car il n’y a qu’à baisser le débardeur d’un côté et de dégrafer le soutien-gorge pour nourrir son bébé. Les soutiens-gorges sont indéniablement ce dans quoi vous devez investir si vous voulez allaiter. J’ai personnellement pris un tour de dos et une taille de bonnet en plus, et ça a suffit.

Un des must-have pour débuter cet allaitement à également été un tire-lait électrique. Je pense que j’avais de quoi nourrir deux bébés dans les seins, et pour éviter l’engorgementet me soulager -, je tirais mon lait régulièrement. Il n’y avait plus qu’à le conserver dans des sachets fait pour ça, et hop, au congélateur.

Ces stocks de lait m’ont servi quand quelques semaines après l’accouchement, je suis sortie avec des copines. Nous avons mis en place l’allaitement mixte très tôt avec mon chéri. A deux semaines de vie, notre fille a eu son premier biberon de lait maternel. Je voulais l’habituer à prendre les deux pour qu’au besoin, je puisse m’absenter. Elle l’a pris sans aucun problème une fois qu’elle a compris ce qu’il y avait à l’intérieur – bonne mangeuse vous avez dit ? -. Elle a donc pris le biberon au moins une fois par semaine, avec son papa et une fois de temps en temps avec la famille quand nous la voyions. Cet allaitement mixte a aussi été un point de la réussite de mon allaitement, car elle n’a jamais fait de confusion entre le sein et le biberon.

breastfeeding

On m’a souvent demandé si j’allaitais en public, et je pense que c’est un point important dont il faut parler. Je comprends cette question, mais je la trouve néanmoins un peu bizarre. Alors que beaucoup de polémiques autour de l’allaitement en public ont lieu depuis quelques temps, je dois dire que moi aussi, j’allaite en public et que cela ne me dérange absolument pas. Si je suis dehors et que mon bébé a faim, pourquoi je devrais le faire attendre pour rentrer à la maison afin de le nourrir ? On ne le fait pas avec un biberon. Et pourtant, ça gêne beaucoup de monde.

Les fois où j’ai allaité dehors, je mettais toujours quelque chose sur moi, non pas pour cacher le fait que j’allaitais, mais car je suis tout simplement pudique. Je dois dire que ça doit être une des fois où j’ai le plus été regardé de travers. Les regards de curiosité, de jugements et j’en passe. Mais c’est quoi le problème en fait ? J’assume pleinement le fait d’allaiter, et je dois bien dire que je m’en fiche pas mal des regards et avis des autres personnes. Mais pour les mamans dont ça n’est pas le cas, j’imagine au combien ça doit être dur de supporter tous ces regards. Heureusement, je n’ai jamais eu de commentaires déplacés. Ce n’est pas un spectacle, juste une maman qui tente de répondre au mieux aux besoins primaires de son enfant, comme on le ferait avec un biberon.

Ce que j’ai appris à travers cette expérience, c’est que ce sont les gens qui sexualisent l’allaitement. Bien dommage.

J’ai adoré allaiter ma fille pendant ces quelques mois, et ça me pince le cœur quand je pense que je vais devoir écourter cette aventure avant ma reprise du travail. Les mamans qui peuvent allaiter encore de longs mois ont bien de la chance ! Je peux dire que si je devais allaiter à nouveau un jour, je le ferai sans hésitation.

Il faut s’accrocher un peu au début car la douleur est bien présente, mais avec les quelques astuces que j’ai mentionné ci-dessus, l’allaitement devient rapidement un vrai plaisir.

allaitement

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *